Skip to main content

JESSICA HARRISON: TRASH & KITSCH CERAMICS OR VARIATION ON LADY'S BODY


Working with a wide variety of materials from porcelain and marble to paint and digital collage, Harrison’s interest lies in how we handle, interpret and navigate materials, objects and space and how these processes define the shape of the body. The things she makes propose a re-imagining of these definitions, offering an alternative shape to our perception of things, often utilizing the simplicity of materials to explore the complexity of the sensory body.


Jessica Harrison's practice is hinged on a fundamental fallibility of the body and types of knowledge that can be generated through mistakes and inexperience. She has a particular interest in the fallibility of observation and the gap between the seen and the felt, the visual and the tactile. This is the space in which her sculpture, and perhaps all sculpture, is situated - as something that happens in-between and amongst the body and objects, a part of both, but neither fully one nor the other.


Jessica Harrison (b 1982, St Bees, UK) lives and works in Edinburgh, Scotland. Harrison graduated from Edinburgh University with a practice-based PhD in Sculpture in 2013, funded by the Arts and Humanities Research Council. In 2015 she was artist in residence at the European Ceramic Workcentre in the Netherlands, returning in 2017 to undertake a second residency.


PAINTED LADIES






FOUND FIGURINES








 FLASH





BROKEN LADIES
 






JESSICA HARRISON, AT WORK

Comments

Popular posts from this blog

Les sculptures à vivre de Valentine Schlegel

Les sculptures à vivre de Valentine Schlegel Née à Sète (sud de la France) en 1925, la talentueuse céramiste et sculptrice vient de nous quitter à l'âge de 96 ans. Valentine Schlegel est formée au Beaux-Art de Montpellier avant de se consacrer pleinement à la céramique. Avant cela, elle avait découvert les secrets de l’artisanat et le plaisir de manipuler les matériaux et les outils avec son père, lui-même menuisier-tapissier, qui lui laissait parcourir librement son atelier. C’est pourquoi les caractères ouvriers et artisans de l'art de V. Schlegel sont essentiels dans son oeuvre.   À l'image d'un couteau suisse, elle maîtrise plusieurs techniques pour réaliser des objets usuels aux corps sculpturaux: couverts en bois, vases, plats en céramique, sacs en cuir, cheminées en plâtre.  Conçu sans hiérarchie, souvent en collaboration avec ses amis, ce corpus est fait d'objets de différentes dimensions et aux usages tantôt fantaisistes, tantôt quotidiens

THE MOSAIC COMEBACK:FOCUS ON THE COLLECTIF "L'OEUF CENTRE D'ETUDES"

Le grand come-back de la mosaïque, ou céramique architecturale Née il y a des millénaires, la mosaïque est d’abord utilitaire, en tant que pavement protégeant de l’humidité, avant d’être un art décoratif figuratif. Entre la deuxième et la troisième dimension, elle animera ainsi la surface à décorer avec des jeux de matières et de lumières et, plus charnelle que la peinture, jouera avec le relief de multiples matériaux: pierre, émail, verre, marbre, terre cuite, puis bois, métal, etc.   Oubliée après la Renaissance, l’Art Nouveau en relance la mode avant de disparaître une fois de plus. Au début des années 60, le collectif pluridisciplinaire l’OEUF-Centre d’Etudes la remet au goût du jour. Architectes (Jean Piantanida, Pierre Puccinelli, Roger Brusetti), mosaïstes et sculpteurs (Charles Gianferrari, Lazaretto, Pighin, Ferdinando Staffetta et Sergio Moruzzi) réalisent alors des oeuvres commémoratives ou ornementales à grande échelle (Palais des festivals à Cannes, pavill

The bright part of the dark photographer Dom Garcia

La part d'ombre de Dom Garcia est en couleur bague par Canibal  Dominique Garcia, plus connu sous le nom de Dom Garcia , le petit homme au chapeau, est LE photographe des nuits freaky et underground de Paris. Mais pas que… Né au début des années soixante, il grandit à Massy, dans le sud parisien. Après des études aux Arts Appliqués, il s’intéresse au graphisme par informatique, alors balbutiant. Libération et Paris-Paris lui donnent l’opportunité de s’exprimer en tant qu’infographiste puis directeur artistique. En parallèle, il s’initie seul à la photographie, dont il se passionne.   Au début influencé par le courant humaniste, et par William klein ou Giacomelli, il découvre plus tard le travail des photographes japonais de la revue Provoke : ainsi naît ce goût particulier des noirs et blancs intenses. À cette époque, il est également un des acteurs de la scène underground graphique, sous le pseudonyme de Dom Tom. Avec son amie Veuve Clito, il cr