Skip to main content

Sébastien Arcouet

Le monde de Trompette selon Sébastien Arcouet, 
ou Une nouvelle façon d'accéder 
aux classiques de l'histoire de l'art 

 Sébastien Arcouet est un peintre singulier qui vit à Marseille. Né en 1976, il suit des études scientifiques et ne se prépare pas à un avenir artistique. Pourtant, il se plait de plus en plus à peindre, se laisse inspirer par son âme d’enfant et finit par imaginer Trompette, un personnage attachant auquel il avoue s’identifier aisément. Depuis son compte Instagram, il nous fait (re)découvrir les oeuvres incontournables de l’histoire de l’art d’une manière à la fois sensible, poétique et ludique grâce à cette mascotte qui se faufile dans ses reproductions peintes à l’aquarelle. Picasso, Botticelli, Chagall, Klimt, Doisneau, Minjun, Toulouse-Lautrec,  entre autres, voient quelques unes de leurs oeuvres agrémentées du gentil trublion.  
«L’aquarelle est la technique que j'utilise le plus; je reproduis des oeuvres qui sont pour la plupart réalisées avec d’autres procédés (huile, photo...). Elle convient parfaitement au monde de mon personnage fétiche, Trompette. C’est une technique douce, légère et lumineuse, mais aussi difficile, car elle ne tolère aucune retouche. Cela représente donc parfois un vrai challenge!» avoue Sébastien.

A travers d'autres illustrations, plus personnelles, son petit personnage s’adresse à tous et toutes, quelque soit l'âge et tend à représenter une situation simple dans laquelle il est facile de se retrouver. «J’aime observer le ciel, les gens, les détails que personne ne voit, les atmosphères, et traduire cela dans mes peintures...» déclare t'il.

C’est par le biais d'un projet d’album, « Le monde de Trompette », que Sébastien Arcouet aboutira son travail de plusieurs années, composé d’une centaine d’aquarelles. Le 5 avril 2019, sera exposée une grande partie de ses peintures qui servent à illustrer ce livre, à la Faktoria, à Biarritz, dans le sud ouest de la France.
Un cahier de coloriages est également en cours, ainsi qu’une bande dessinée et une collab avec un artisan céramiste. Hâte!!
Et longue vie à Trompette!

Clémentine Gault pour Henrietcatherine




















instagram: @le_monde_de_trompette



Comments

Popular posts from this blog

Les sculptures à vivre de Valentine Schlegel

Les sculptures à vivre de Valentine Schlegel Née à Sète (sud de la France) en 1925, la talentueuse céramiste et sculptrice vient de nous quitter à l'âge de 96 ans. Valentine Schlegel est formée au Beaux-Art de Montpellier avant de se consacrer pleinement à la céramique. Avant cela, elle avait découvert les secrets de l’artisanat et le plaisir de manipuler les matériaux et les outils avec son père, lui-même menuisier-tapissier, qui lui laissait parcourir librement son atelier. C’est pourquoi les caractères ouvriers et artisans de l'art de V. Schlegel sont essentiels dans son oeuvre.   À l'image d'un couteau suisse, elle maîtrise plusieurs techniques pour réaliser des objets usuels aux corps sculpturaux: couverts en bois, vases, plats en céramique, sacs en cuir, cheminées en plâtre.  Conçu sans hiérarchie, souvent en collaboration avec ses amis, ce corpus est fait d'objets de différentes dimensions et aux usages tantôt fantaisistes, tantôt quotidiens

THE MOSAIC COMEBACK:FOCUS ON THE COLLECTIF "L'OEUF CENTRE D'ETUDES"

Le grand come-back de la mosaïque, ou céramique architecturale Née il y a des millénaires, la mosaïque est d’abord utilitaire, en tant que pavement protégeant de l’humidité, avant d’être un art décoratif figuratif. Entre la deuxième et la troisième dimension, elle animera ainsi la surface à décorer avec des jeux de matières et de lumières et, plus charnelle que la peinture, jouera avec le relief de multiples matériaux: pierre, émail, verre, marbre, terre cuite, puis bois, métal, etc.   Oubliée après la Renaissance, l’Art Nouveau en relance la mode avant de disparaître une fois de plus. Au début des années 60, le collectif pluridisciplinaire l’OEUF-Centre d’Etudes la remet au goût du jour. Architectes (Jean Piantanida, Pierre Puccinelli, Roger Brusetti), mosaïstes et sculpteurs (Charles Gianferrari, Lazaretto, Pighin, Ferdinando Staffetta et Sergio Moruzzi) réalisent alors des oeuvres commémoratives ou ornementales à grande échelle (Palais des festivals à Cannes, pavill

The bright part of the dark photographer Dom Garcia

La part d'ombre de Dom Garcia est en couleur bague par Canibal  Dominique Garcia, plus connu sous le nom de Dom Garcia , le petit homme au chapeau, est LE photographe des nuits freaky et underground de Paris. Mais pas que… Né au début des années soixante, il grandit à Massy, dans le sud parisien. Après des études aux Arts Appliqués, il s’intéresse au graphisme par informatique, alors balbutiant. Libération et Paris-Paris lui donnent l’opportunité de s’exprimer en tant qu’infographiste puis directeur artistique. En parallèle, il s’initie seul à la photographie, dont il se passionne.   Au début influencé par le courant humaniste, et par William klein ou Giacomelli, il découvre plus tard le travail des photographes japonais de la revue Provoke : ainsi naît ce goût particulier des noirs et blancs intenses. À cette époque, il est également un des acteurs de la scène underground graphique, sous le pseudonyme de Dom Tom. Avec son amie Veuve Clito, il cr