Skip to main content

TRENDS - LA CERAMIQUE INSTINCTIVE

L'attrait pour la céramique weirdos et poétique



La tendance est à la céramique, on le sait, mais je vais m’intéresser cette fois à la poterie instinctive. Entre l’enfance et l’Art brut, l’Ugly et l’Organic design, elle s’inscrit dans une veine sensible qui se caractérise par une certaine tactilité et une poésie ainsi que par un langage formel essentiellement brut et d’aspect inachevé, qui privilégie la création instinctive et l’accident. Des objets design ludiques, colorés, irréguliers, comme réalisés par des mains d’enfant, et présentés ici dans le désordre à travers le portrait de quelques artistes céramistes dans la mouvance. 






JENNIE JIEUN LEE
Jennie Jieun Lee vit et travaille à New York. Artiste à multiples facettes, elle envisage la céramique comme un territoire d’expérimentation. A travers cet art du feu, l'artiste apprend à perdre le contrôle et à laisser libre cours à ses pensées. Elle laisse l’argile se fissurer et se déformer et la peinture couler et tomber. Des collections de tasses, d’assiettes, de jardinières et de plateaux vibrants qu’elle appelle « glazemoods ». 


Toutes ces œuvres sont unifiées par leurs surfaces colorées, pleines de bonne humeur, qui, selon Lee, « imitent, articulent et naviguent dans des espaces émotionnels et psychologiques. »

 

***




MATTIAS KAISER
Il a étudié à l’école Parsons de design à NY et à Vienne, apprenti de deux japonais maîtres potiers au Japon, puis crée dans le continent indien, entre autres contrées… Ce grand voyageur se concentre sur les qualités inhérentes du matériau et la succession d’étapes qui constituent le processus de création.
Essayer de révéler, et non de cacher, ce qui existe et ce qui a été fait, et de donner ainsi un répit au monde des concepts inventés.

« Mes pots contiennent plus qu’un aspect fonctionnel et décoratif, leur poésie se situe dans l’équilibre de l’intention et de l’accident ainsi que dans l’interaction des attributs physiques. »


FRIZBEE
Un studio de création composé de deux céramistes produisant en séries limitées. Chaque pièce est unique et faite à la main à Bruxelles, elle comporte de légères imperfections considérées comme une valeur ajoutée à la singularité de l’objet. 
« Notre devise de travail est de rester curieux tout en essayant toujours de s’amuser. »


Frizbee
***



CREATION PEDRUSCO
Des bijoux en céramique, à la fois chics et ludiques. Conçus et fabriqués à la main dans l’atelier de Pedrusco à Bilbao, en Espagne, par la fondatrice Irene Trincado. Pedrusco vise à faire valoir la valeur de l’artisanat, des objets uniques et poétiques. 



« Nous disons que nos pièces sont fabriquées à la main, mais en réalité nous les faisons avec notre cœur. »

***



WORKADAY HANDMADE
Le fondateur et créateur, Forrest Lewinger, est un ancien étudiant des Beaux-Arts vivant à NY. Il a commencé réellement la poterie un peu par hasard, pendant ses pauses déjeuner! Devenu maintenant une star de la céramique, ses créations sont poétiques et inattendues, et destinées à une utilisation facile et quotidienne. Un style inspiré par des références classiques et revues avec une patte espiègle et enfantine.






« Bien souvent, les artistes considèrent leur travail quotidien comme une force d’obstruction » rit Lewinger. « Moi, j’ai commencé à y penser comme quelque chose de fructueux. »


Workaday Handmade
***



MARIE LAILLE

Les techniques qu’elle emploie selon les effets recherchés sont le pinching (technique de modelage qui consiste à pincer la terre afin de lui donner une forme), le colombin et une technique coréenne. Elle réalise les décors avec une pratique très spontanée. Précédant sa formation de céramiste, elle s’est intéressée à la gravure, aux arts graphiques comme la peinture et le dessin, permettant d’orienter son langage céramique vers un travail graphique enrichi d’une palette de couleurs particulière. Son oeuvre traduit des impressions ressenties à travers l’immensité des espaces sauvages et urbains où les individus et les objets évoluent. 


« Mon langage se nourrit de l’expérience du réel mais également de repères figuratifs, de simple signes graphiques, qui font sens avec mes aspirations personnelles. Les rencontres du quotidien, du familier, de l’inconnu, de l’éphémère et la découverte de nouveaux lieux communs inspirent mon travail. »
***



LUCIE FAUCON
Elle a étudié la céramique à Sèvres. Diplômée d’un BTS design graphique ainsi que d’un DMA céramique artisanale, elle a décidé de fabriquer des petites pièces colorées et joyeuses. Son envie première est de rendre une table ou un intérieur gai et inventif. Son style est à la fois contemporain et minimaliste, et s’inspire notamment du courant Memphis ou du caractère brut de certaines terres. Le but de Lucie est d’apporter de la couleur à la vaisselle, c’est pour cette raison qu’elle colore sa terre avec des colorants de masse et qu’elle utilise beaucoup d’engobes colorés ou noir pour faire ses motifs. 



 « je porte une attention toute particulière au rendu de mes objets et de ce qu'ils évoquent. J'aime également jouer avec la couleur et les différents outils et techniques que l'on peut mélanger pour obtenir un rendu didactique. »


Lucie Faucon
***


UAU
Le projet UAU, basé à Varsovie, en Pologne, est dirigé par le duo Miłosz Dąbrowski et Justyna Fałdzińska, qui ont tous deux étudié à l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie.
Il s’agit d’un studio de conception graphique et de produits, spécialisé dans les designs écologiques et les matériaux naturels. Un univers unique et arty.

Les artistes disent d’UAU qu’« il n’est pas de l’art ni du design, mais quelque chose entre les deux. Des expériences qui visent à supplanter l’homogénéité du design populaire. »

Uau chez Ouhlala


***




SARAH PSCHORN
Sarah est une artiste qui fabrique des objets particuliers et expérimentaux, à Leipzig en Allemagne. Entre la joie et la mélancolie, la créatrice vise à perdre les détails, les caractéristiques des formes et une sorte d'impermanence. Son choix de matériaux durables est délibéré : l’argile et la porcelaine incarnent les idées conceptuelles de son travail car elles permettent à l’artiste de vivre à la fois le geste sculptural spontané et la conservation de celui-ci. Des créations de vases comme des corps de femme… Les couleurs peuvent mettent en valeur – d’une manière favorable ou défavorable – ainsi que masquer, dissoudre ou arrondir la forme de ses œuvres et ressemblent ainsi à des vêtements qui établissent des relations diverses avec le "corps" qu’ils portent.





« Je considère mon travail comme une déclaration en faveur de la douceur et de la sentimentalité. »

***



Cette dernière phrase résume assez bien l'idée de cette tendance grandissante. A vos assiettes!


Clémentine Gault

Comments

Popular posts from this blog

Les sculptures à vivre de Valentine Schlegel

Les sculptures à vivre de Valentine Schlegel Née à Sète (sud de la France) en 1925, la talentueuse céramiste et sculptrice vient de nous quitter à l'âge de 96 ans. Valentine Schlegel est formée au Beaux-Art de Montpellier avant de se consacrer pleinement à la céramique. Avant cela, elle avait découvert les secrets de l’artisanat et le plaisir de manipuler les matériaux et les outils avec son père, lui-même menuisier-tapissier, qui lui laissait parcourir librement son atelier. C’est pourquoi les caractères ouvriers et artisans de l'art de V. Schlegel sont essentiels dans son oeuvre.   À l'image d'un couteau suisse, elle maîtrise plusieurs techniques pour réaliser des objets usuels aux corps sculpturaux: couverts en bois, vases, plats en céramique, sacs en cuir, cheminées en plâtre.  Conçu sans hiérarchie, souvent en collaboration avec ses amis, ce corpus est fait d'objets de différentes dimensions et aux usages tantôt fantaisistes, tantôt quotidiens

THE MOSAIC COMEBACK:FOCUS ON THE COLLECTIF "L'OEUF CENTRE D'ETUDES"

Le grand come-back de la mosaïque, ou céramique architecturale Née il y a des millénaires, la mosaïque est d’abord utilitaire, en tant que pavement protégeant de l’humidité, avant d’être un art décoratif figuratif. Entre la deuxième et la troisième dimension, elle animera ainsi la surface à décorer avec des jeux de matières et de lumières et, plus charnelle que la peinture, jouera avec le relief de multiples matériaux: pierre, émail, verre, marbre, terre cuite, puis bois, métal, etc.   Oubliée après la Renaissance, l’Art Nouveau en relance la mode avant de disparaître une fois de plus. Au début des années 60, le collectif pluridisciplinaire l’OEUF-Centre d’Etudes la remet au goût du jour. Architectes (Jean Piantanida, Pierre Puccinelli, Roger Brusetti), mosaïstes et sculpteurs (Charles Gianferrari, Lazaretto, Pighin, Ferdinando Staffetta et Sergio Moruzzi) réalisent alors des oeuvres commémoratives ou ornementales à grande échelle (Palais des festivals à Cannes, pavill

The bright part of the dark photographer Dom Garcia

La part d'ombre de Dom Garcia est en couleur bague par Canibal  Dominique Garcia, plus connu sous le nom de Dom Garcia , le petit homme au chapeau, est LE photographe des nuits freaky et underground de Paris. Mais pas que… Né au début des années soixante, il grandit à Massy, dans le sud parisien. Après des études aux Arts Appliqués, il s’intéresse au graphisme par informatique, alors balbutiant. Libération et Paris-Paris lui donnent l’opportunité de s’exprimer en tant qu’infographiste puis directeur artistique. En parallèle, il s’initie seul à la photographie, dont il se passionne.   Au début influencé par le courant humaniste, et par William klein ou Giacomelli, il découvre plus tard le travail des photographes japonais de la revue Provoke : ainsi naît ce goût particulier des noirs et blancs intenses. À cette époque, il est également un des acteurs de la scène underground graphique, sous le pseudonyme de Dom Tom. Avec son amie Veuve Clito, il cr