Skip to main content

The bright part of the dark photographer Dom Garcia

La part d'ombre de Dom Garcia est en couleur



bague par Canibal 


Dominique Garcia, plus connu sous le nom de Dom Garcia, le petit homme au chapeau, est LE photographe des nuits freaky et underground de Paris. Mais pas que…


Né au début des années soixante, il grandit à Massy, dans le sud parisien. Après des études aux Arts Appliqués, il s’intéresse au graphisme par informatique, alors balbutiant. Libération et Paris-Paris lui donnent l’opportunité de s’exprimer en tant qu’infographiste puis directeur artistique. En parallèle, il s’initie seul à la photographie, dont il se passionne. 

Au début influencé par le courant humaniste, et par William klein ou Giacomelli, il découvre plus tard le travail des photographes japonais de la revue Provoke : ainsi naît ce goût particulier des noirs et blancs intenses. À cette époque, il est également un des acteurs de la scène underground graphique, sous le pseudonyme de Dom Tom. Avec son amie Veuve Clito, il crée les Editions « Sorties du Zine » et édite une quarantaine de graphzines dont « Ivres d’images » qui retracent l’histoire de la production graphique underground des années 80 et 90 en France. 

Revue Provok


La naissance du numérique lui permet d’étendre et de renforcer sa production photographique. Il travaille alors sur plusieurs sujets à la fois: paysages urbains, portraits d’immeubles, natures mortes et toujours, miroir de la faune interlope nocturne. Il éditera d’ailleurs en 2015, le Name Dropping-1, premier recueil d’une collection de 5 tomes, retraçant ses déambulations photographiques dans les nuits parisiennes. On y reconnaît sa signature graphique par la densité contrastée de ses noirs et blancs, et sa capacité à en extraire une âme.



Capturés sans préméditation ou mise en scène, les « sujets » de Dom fascinent car ils expriment la liberté. Les excentriques, les burlesques, les marginaux, les weirdos, les ligotés-latex, les punks en somme, ont sa faveur. Tout comme Diane Arbus, Interrogeant la notion de normalité et de différence, il démontre que l’étrange est humain, et l’humain est étrange. 





Cette part sombre, noire et blanche, étant la plus célèbre de son travail, je décide de mettre en exergue sa part de lumière, bien moins connue; celle qui vibre en couleur. 
Dom Garcia, on le sait moins, applique cette même ferveur aux natures mortes, aux objets délaissés, abimés, bizarres ou insignifiants. Il les fige à l’I-Phone et en format carré, comme des ersatz de Polaroïd, ce médium d’instantanéité qu’il affectionnait tant. 

La Havanne 2017













Extrait de la série Dans-Dehors - Paris 2018



Dojo, avenue Jean Jaures







On lit à travers ses clichés issus du paysage urbain, sa passion pour les séries ou les amoncellements. 


Paris-métro


Cuba, La Havane


Ces photos poétiques, souvent drôles ou décalées, révèlent leur petit supplément d’âme.







Rooftop, parc des expo, Paris









Savoir repérer les heureux hasards qui fabriquent des histoires...
Les capturer sur un mur, derrière une vitrine sale, dans le creux du caniveau, et recueillir ce qui émeut, dans toute la dureté d’une ville. 

Dom Garcia est de ces hommes qui savent se perdre pour mieux voir.

C. Gault

Autoportrait penché


Comments

Post a Comment

Popular posts from this blog

Les sculptures à vivre de Valentine Schlegel

Les sculptures à vivre de Valentine Schlegel Née à Sète (sud de la France) en 1925, la talentueuse céramiste et sculptrice vient de nous quitter à l'âge de 96 ans. Valentine Schlegel est formée au Beaux-Art de Montpellier avant de se consacrer pleinement à la céramique. Avant cela, elle avait découvert les secrets de l’artisanat et le plaisir de manipuler les matériaux et les outils avec son père, lui-même menuisier-tapissier, qui lui laissait parcourir librement son atelier. C’est pourquoi les caractères ouvriers et artisans de l'art de V. Schlegel sont essentiels dans son oeuvre.   À l'image d'un couteau suisse, elle maîtrise plusieurs techniques pour réaliser des objets usuels aux corps sculpturaux: couverts en bois, vases, plats en céramique, sacs en cuir, cheminées en plâtre.  Conçu sans hiérarchie, souvent en collaboration avec ses amis, ce corpus est fait d'objets de différentes dimensions et aux usages tantôt fantaisistes, tantôt quotidiens

THE MOSAIC COMEBACK:FOCUS ON THE COLLECTIF "L'OEUF CENTRE D'ETUDES"

Le grand come-back de la mosaïque, ou céramique architecturale Née il y a des millénaires, la mosaïque est d’abord utilitaire, en tant que pavement protégeant de l’humidité, avant d’être un art décoratif figuratif. Entre la deuxième et la troisième dimension, elle animera ainsi la surface à décorer avec des jeux de matières et de lumières et, plus charnelle que la peinture, jouera avec le relief de multiples matériaux: pierre, émail, verre, marbre, terre cuite, puis bois, métal, etc.   Oubliée après la Renaissance, l’Art Nouveau en relance la mode avant de disparaître une fois de plus. Au début des années 60, le collectif pluridisciplinaire l’OEUF-Centre d’Etudes la remet au goût du jour. Architectes (Jean Piantanida, Pierre Puccinelli, Roger Brusetti), mosaïstes et sculpteurs (Charles Gianferrari, Lazaretto, Pighin, Ferdinando Staffetta et Sergio Moruzzi) réalisent alors des oeuvres commémoratives ou ornementales à grande échelle (Palais des festivals à Cannes, pavill